Influence de la teneur en macro et micro éléments sur la qualité du sol et la croissance des plantes

Category: Blog | Tags:

Le sol est l’une des ressources naturelles les plus importantes et représente la base de base pour la production de matière organique. Le sol est un substrat naturel à partir duquel les plantes puisent les éléments essentiels nécessaires à leur bonne croissance et développement.

La terre est un bien naturel limité qui est destructible, lentement formé et rapidement détruit lors d’une mauvaise utilisation. C’est la base de la production agricole et une condition de survie du monde vivant sur notre planète.

La capacité productive de la terre est un facteur qui détermine la productivité de la production agricole et implique la capacité des plantes à être approvisionnées en eau et en minéraux essentiels par le système racinaire.

La fertilité du sol est un autre facteur important de toute terre agricole. La fertilité est un état dynamique de diverses propriétés et processus physiques, chimiques et biologiques dans le sol, grâce auquel un degré différent de vie des plantes, des animaux et même des humains est possible.

En utilisant la terre pour une production végétale intensive, l’équilibre de certains facteurs de création et de dégradation des sols est souvent perturbé.

L’activité humaine, le plus souvent la production agricole, peut augmenter ou diminuer la fertilité de la terre. Les facteurs qui mettent en danger la fertilité du sol peuvent être: la réduction des stocks de matière organique, le compactage du sol, la détérioration de la structure et la détérioration du régime eau-air et chaleur, la réduction de l’activité biologique, c’est-à-dire des troubles du nombre et de la présence de différents groupes de micro-organismes bénéfiques, pollution par les résidus de pesticides, pollution par les métaux lourds, radionucléides, salinisation, alcalinisation et acidification des sols, érosion, pertes de sol temporaires et permanentes dues aux changements d’utilisation des terres agricoles, etc.

La fertilité agrochimique du sol implique des propriétés chimiques du sol qui sont déterminées par la teneur en macro et microéléments (N, P, K, Ca, Mg, S, Fe, Zn, Mn, Cu, Co, Mo, B, Se, Si, Na, Cl et autres) et l’absence de formes solubles d’éléments nocifs (certains métaux lourds, radionucléides, etc.).

Les métaux lourds dans le sol peuvent être d’origine naturelle et anthropique.

Dans la nature, les métaux lourds atteignent le sol par la décomposition naturelle des roches et des minéraux sur lesquels se forme le sol, qui contiennent également des métaux lourds. Les plus courants sont Cu, Zn, Ni, Pb, Al, Cr.

La teneur naturelle en métaux lourds du sol est généralement faible, à l’exception des terres proches des mines et des gisements métalliques.

Dans certains sols, il y a une concentration de métaux lourds plus élevée que leur concentration dans les roches et les minéraux sur lesquels ce sol s’est formé.

Les causes de l’augmentation des métaux lourds dans ces terres peuvent résulter des installations industrielles de traitement des métaux, du trafic et de l’utilisation de combustibles fossiles.

En raison de ces activités humaines, des métaux sont libérés dans l’air et, sous forme de pluie, de gaz et de suie, atteignent la surface de la terre. Les gaz d’échappement des voitures polluent le sol avec des métaux à proximité immédiate des routes (jusqu’à 100 m).

Dans le processus de croissance des plantes, diverses mesures agrotechniques sont appliquées afin d’améliorer le rendement et de lutter contre les ravageurs.

A cet effet, de nombreux moyens de nutrition et de protection des plantes, des engrais minéraux et des pesticides sont utilisés. En plus de leurs effets bénéfiques sur les plantes, ces produits peuvent également être nocifs s’ils sont utilisés avec parcimonie. Dans ce cas, le sol et les plantes peuvent être contaminés par des métaux lourds.

L’utilisation incontrôlée des eaux usées industrielles et municipales pour l’irrigation peut entraîner une contamination du sol par des métaux lourds. L’utilisation de compost à partir des ordures ménagères et des boues d’épuration conduit également à une contamination du sol par des métaux lourds.

MACRO ET MICROÉLÉMENT

MACROÉLÉMENTS

N (azote)

L’azote est un élément nécessaire à la croissance végétative et générative et au développement des plantes.

Une carence en azote entraîne une diminution de la croissance des plantes, un jaunissement des feuilles, une réduction des fruits et une réduction de la résistance des plantes aux maladies. L’excès d’azote provoque une croissance excessive des organes végétatifs des plantes, tandis que la croissance générative diminue, la maturation des fruits est plus lente et la vulnérabilité des plantes aux maladies augmente.

P (phosphore)

Le phosphore est un élément nécessaire à la croissance des organes génitaux, à la croissance des plantes, à la division cellulaire, à un meilleur enracinement des plantes, au développement des graines et des fruits et à la maturation des fruits. Une carence en phosphore ralentit la croissance des plantes ainsi que la formation des feuilles et des fleurs. Un excès de phosphore se produit rarement, et s’il le fait, il entraîne une croissance réduite des plantes et les feuilles présentent des taches sombres.

K (potassium)

Le potassium est important pour le métabolisme des plantes. Il affecte l’absorption et le transport de tous les nutriments et de l’eau, la régulation de la valeur du pH du jus cellulaire, la régulation de la pression osmotique et la croissance des jeunes tissus. Augmente la résistance aux maladies. Une carence en potassium dans les feuilles les plus anciennes de la plante sur les bords provoque des taches chlorotiques et nécrotiques et une torsion des feuilles. Le rapport N: K élevé dans le sol nuit au rendement et à la qualité des fruits.

Ca (calcium)

Le calcium est un élément de grande importance sur la structure des membranes cellulaires.

S’il est absent, les cellules éclatent. Le calcium affecte la division cellulaire, la croissance et l’élongation des racines, la résistance des plantes aux maladies. Le calcium affecte la division cellulaire, la croissance et l’élongation des racines, la résistance des plantes aux maladies.

Mg (Magnésium)

Le magnésium est un ingrédient important de la chlorophylle et des processus physiologiques des plantes. En l’absence de magnésium, le processus de photosynthèse et de décomposition de la chlorophylle est arrêté.

Les conséquences d’une carence en magnésium peuvent être observées sur les feuilles les plus anciennes des plantes sous forme de chlorose interventionnelle, lorsque les nerfs restent verts et que la surface entre eux devient jaune.

S (Soufre)

Le soufre fait partie des protéines, des enzymes, des coenzymes et des acides aminés. Le manque de soufre est visible sur les jeunes feuilles, car le soufre est immobile dans la plante.

La plante accuse un retard de croissance, les feuilles commencent à jaunir et les tiges deviennent cassantes.

MICROÉLÉMENTS

Le groupe de micro-éléments comprend:

Ni, B, Mn, Zn, Mo, Cu, Si, Cr, J, Se, Fe, Na, Sr, Co et Cl.

Fe (Fer)

Le fer est un élément important du processus de photosynthèse. Le fer augmente la résistance à la sécheresse et aux maladies, et régule la synthèse des vitamines dans les fruits.

La carence en fer se produit sur les sols alcalins et se manifeste par une chlorose entre les nerfs des feuilles. Si le défaut est plus important, les feuilles deviennent blanches ou prennent un aspect frit.

B (Bore)

Le pin permet le développement des fleurs, la fertilité du pollen, la formation des fruits et un bon développement des fruits. La carence provoque un dessèchement des pousses latérales du fruit et une diminution du rendement. L’excès se manifeste par une chlorose sur les feuilles.

Mn (Manganèse)

Le manganèse est un oligo-élément important car c’est un activateur d’enzyme spécial. Il agit comme un biocatalyseur dans la formation de la chlorophylle et améliore la formation d’amidon et de sucre dans les plantes. Une carence en manganèse peut survenir dans les sols alcalins. Il se manifeste sur les feuilles sous forme de chlorose.

Zn (Zinc)

Le zinc a de multiples effets, et le plus important est la formation de chlorophylle. Le zinc empêche l’accumulation d’acides en excès dans les feuilles et participe à la respiration des cellules. La carence est observée sur les pousses latérales des plantes, et avec une carence plus importante, une réduction du rendement peut se produire.

Mo (Molybdène)

Le molybdène fait partie du chloroplaste des plantes et est un facteur important de la photosynthèse.

Il régule le transport du fer à travers la plante et contribue à l’absorption de l’azote. La carence fait plier les feuilles les plus anciennes au milieu.

Cu (Cuivre)

Le cuivre affecte directement et indirectement de nombreux processus physiologiques de la plante, augmente le rendement, augmente la qualité des fruits et accélère la maturation. En l’absence de cuivre, il y a moins de fertilisation, les jeunes plants se fanent et les feuilles deviennent cendrées et sèches.

Influence des métaux lourds sur les plantes

Certains métaux lourds en petites quantités sont nécessaires à la bonne croissance et au développement des plantes. Ce sont Fe, Zn, Cu, Se et Co. Certains métaux lourds sont toxiques Hg, Pb, As, Ni, Cr (VI) et Cd.

Les plantes jouent un rôle important dans la circulation des métaux dans la nature. Les métaux lourds entrent dans la chaîne alimentaire via les plantes. Les métaux lourds affectent tous les processus physiologiques et biochimiques des plantes. Les plantes ont des mécanismes élaborés de détoxification des métaux lourds: liaison du métal à la paroi cellulaire et excrétion de la racine, restriction du mouvement vers la racine, pompage actif, réparation et protection des membranes plasmiques et chélation des métaux.

L’effet indésirable des métaux lourds sur les plantes est d’abord remarqué comme une croissance lente de la plante, puis l’apparition de chlorose et de nécrose. Des changements sont observés sur les feuilles les plus anciennes de la plante, et plus tard sur les autres feuilles. L’extinction des feuilles se produit et des concentrations élevées peuvent entraîner l’extinction des plantes.

Les données expérimentales montrent que les métaux lourds affectent le processus de photosynthèse. Les plantes les adoptent à travers le système racinaire sous forme d’ions et / ou de complexes chélates organiques.

Lorsque des métaux lourds, tels que Ag, Hg ou Cu, entrent en contact avec la racine de la plante, ils affectent la sélectivité des parties des cellules responsables du transport des nutriments. De cette manière, les porteurs d’ions perdent leur fonction. The intensity of uptake and accumulation of heavy enamels in root cells also depends on the presence of other ions in the nutrient substrate. Le Pb, Ni et Cd inhibent l’absorption de Ca, Mg, Fe, Zn, Mn et Cu et empêchent leur transport des racines vers les parties aériennes des plantes. De cette manière, ils affectent négativement la distribution des nutriments dans les plantes. Avec un large excès de Ni et Cd dans le milieu nutritif, le métabolisme du Mg, Fe, Mn et Zn est complètement arrêté. La chlorose et la nécrose apparaissent dans les feuilles, et la racine a une concentration plus élevée de ces éléments. Un excès de Ni affecte négativement l’absorption de Fe et l’absorption de Co et réduit ainsi l’incorporation de Co dans la vitamine B12. Le Cd agit sur la sélectivité des membranes des cellules radiculaires et sur l’activité des enzymes présentes dans les membranes. Cela affecte la croissance des cellules racinaires, l’absorption et le transport de l’eau et provoque une augmentation de la concentration de composés phénoliques.

À de très faibles concentrations, le Pb affecte l’absorption de Ca, K, P, Mg, Fe, Cu, Zn et Mn.

L’excès de Cu affecte différemment le contenu et le transport des autres éléments. À la racine, il réduit la concentration de Ca et Fe, et dans une moindre mesure l’adoption de K.

Un grand effet toxique sur les plantes se produit lorsque la présence de plusieurs métaux toxiques est combinée.

Cd (Cadmium)

Des concentrations élevées de Cd dans les plantes affectent le métabolisme du fer, provoquent la chlorose et affectent ainsi le processus de photosynthèse.

Pb (Plomb)

Le plomb en concentrations élevées ralentit le processus d’élongation des racines, la croissance des plantes, ralentit le processus de photosynthèse et affecte la structure des plantes.

Hg (Mercure)

Le mercure perturbe la structure des membranes biologiques et altère l’activité enzymatique. De cette manière, le métabolisme est perturbé, ce qui entraîne une croissance réduite des plantes.

Cr (Chrome)

Le chrome à des concentrations plus élevées a un effet toxique sur les plantes. Il provoque la chlorose et réduit la croissance, ainsi que la germination des graines.

Ni (Nickel)

Un excès de nickel provoque une chlorose. Il affecte négativement la mobilité et la translocation du fer et son absorption.

Cu (Cuivre)

Le cuivre peut avoir un effet toxique si sa concentration dans le sol atteint 2540 mg / kg si le pH du sol est inférieur à 5,5. Des concentrations élevées de cuivre se produisent dans les sols acides.

Zn (Zinc)

Des concentrations élevées de zinc dans les usines se produisent sur les sols acides, comme à proximité des mines de zinc et des fonderies. Dans ces cas, les plantes ont une croissance réduite, un système racinaire réduit, la formation de petites feuilles et une nécrose des feuilles.

As (Arsenic)

Des concentrations élevées d’arsenic et sa toxicité se produisent sur les sols acides, surtout si le pH du sol est inférieur à 5. La toxicité est plus élevée sur les sols sableux que sur les sols plus denses.

Se (Sélénium)

Des concentrations élevées de sélénium inhibent la croissance des plantes et provoquent une chlorose. Le sélénium s’accumule le plus dans la graine pendant la croissance des plantes. Dans ce cas, l’odeur de l’ail apparaît dans les plantes, ce qui indique une forte concentration de sélénium.

Concentrations autorisées de métaux lourds dans le sol

La production agricole moderne nécessite des rendements élevés et stables de bonne qualité, avec un investissement minimal en matériaux, en énergie et en main-d’œuvre, et une protection de l’environnement contre les effets nocifs et la pollution.

Pour y parvenir, il est nécessaire de connaître tous les facteurs pouvant affecter la fertilité des sols, et donc des rendements plus élevés.

Le sol doit être pourvu d’un ratio idéal de nutriments. S’il y a trop de nutriments, les eaux souterraines et de surface, l’air et le sol sont pollués.

Afin de bien gérer les nutriments, il est nécessaire d’effectuer une analyse du sol, des engrais, et il est nécessaire de savoir quels sont les besoins de certaines plantes en nutriments. De cette manière, un meilleur rendement est obtenu et la pollution de l’environnement est réduite. De cette manière, des économies sont réalisées lors de l’achat d’engrais minéraux.

La concentration de métaux lourds dans le sol est contrôlée par les valeurs limites des concentrations maximales admissibles (CMA). Dans la plupart des pays d’Europe, il est juridiquement contraignant, tandis que dans certains il s’agit de recommandations non contraignantes.

La limite qui détermine la quantité maximale autorisée d’une substance nocive dans l’unité de volume du milieu observé représente la concentration maximale admissible (ou MPC). Dernièrement, cette quantité a été appelée la valeur limite d’immission (GVI).

The maximum permissible concentrations refer to the total content of heavy metals.

Les substances dangereuses sont généralement: Cd, Pb, Hg, As, Cr, Ni et F, et les substances nocives sont Cu, Zn et B.

Un règlement spécial prescrit les quantités maximales autorisées de substances dangereuses et nocives dans le sol et l’eau d’irrigation qui peuvent endommager ou modifier la capacité de production des terres agricoles et la qualité de l’eau d’irrigation, qui proviennent des rejets d’usines, des décharges, d’une mauvaise utilisation d’engrais minéraux et les pesticides. plantes.

Les quantités maximales autorisées de substances dangereuses et nocives sont:

Élément chimique MPQ au sol mg / kg de sol MPQ dans l’eau

mg/l de l’eau

1 Cadmium Cd jusqu’à 3 jusqu’à 0,01
2 Plomb Pb jusqu’à 100 jusqu’à 0,1
3 Mercure Hg jusqu’à 2 jusqu’à 0,001
4 Arsenic As jusqu’à 25 jusqu’à 0,05
5 Chrome Cr jusqu’à 100 jusqu’à 0,5
6 Nickel Ni jusqu’à 50 jusqu’à 0,1
7 Fluorure F jusqu’à 300 jusqu’à 1,5
8 Cuivre Cu jusqu’à 100 jusqu’à 0,1
9 Zinc Zn jusqu’à 300 jusqu’à 1,0
10 Bore B jusqu’à 50 jusqu’à 1,0

Hanna Instruments portefeuille comprend des instruments avec lesquels vous pouvez effectuer une analyse du sol pour le contenu des macro et micro éléments.

-Photomètre multiparamètre HI83325

-Lysimètre d’aspiration HI83900

-Spectrophotomètre Iris HI801

-Mini Photomètre Série Hanna HC 

Photomètre multiparamètre HI83325

Le photomètre HI83325 garantit des lectures photométriques précises et répétables à chaque fois. Les paramètres clés sont : l’ammoniac, le calcium, le magnésium, le nitrate, le phosphore, le potassium, le sulfate et le pH.

Système optique avancé – Performances inégalées d’un photomètre de paillasse. Une surveillance cohérente et approfondie des éléments nutritifs des plantes est essentielle pour maintenir une croissance et une reproduction saines. C’est facile avec le HI-83325, un moyen complet de surveiller les nutriments vitaux des plantes tels que le potassium, le calcium et le magnésium. Requis en grande quantité, le potassium joue un rôle essentiel dans l’absorption d’eau et la régulation enzymatique. Le calcium aide à renforcer les parois des cellules végétales en protégeant contre le stress thermique tandis que le magnésium aide à renforcer le système immunitaire.

Une entrée d’électrode de pH numérique permet à l’utilisateur de mesurer le pH avec une électrode en verre traditionnelle.

Le HI-83325 offre un mode de mesure d’absorbance qui permet d’utiliser des étalons CAL Check pour valider les performances du système. Le mode absorbance permet à l’utilisateur de sélectionner l’une des trois longueurs d’onde de la lumière (420 nm, 466 nm et 525 nm) pour mesurer et tracer leur propre concentration par rapport au mode absorbance. Ceci est utile pour les utilisateurs disposant de leur propre méthode chimique et pour que les éducateurs enseignent le concept d’absorbance à l’aide de la loi de Beer-Lambert.

Deux ports USB permettent de transférer des données vers un lecteur flash ou un ordinateur et de les utiliser comme source d’alimentation pour le lecteur. Pour plus de commodité et de portabilité, l’instrument peut également fonctionner avec une batterie interne rechargeable au lithium-polymère de 3,7 VDC.

Principales caractéristiques:

  • Système optique avancé avec source de lumière LED plus brillante et durable
  • Écran graphique à cristaux liquides rétroéclairé de 128 x 64 pixels
  • Minuterie de réaction intégrée pour les mesures photométriques
  • Mode d’absorbance – concentration par rapport à l’absorbance
  • Unités de mesure et forme chimique affichées
  • Conversion des résultats par simple pression d’un bouton
  • Housse de cuvette
  • Mesure du pH et de la température avec une seule sonde
  • Bonnes pratiques de laboratoire (BPL) – suivez les informations d’étalonnage, y compris la date, l’heure, les tampons utilisés, le décalage et la pente pour la traçabilité
  • CAL Check avertit l’utilisateur des problèmes potentiels pendant le processus d’étalonnage
  • Enregistrement des données – Jusqu’à 1000 lectures photométriques et pH peuvent être stockées.
  • Les lectures enregistrées peuvent être transférées rapidement et facilement sur une clé USB ou sur un PC. Les données sont exportées sous forme de fichier .CSV pour une utilisation avec des tableurs.
  • Indicateur d’état de la batterie
  • Messages d’erreur

Source de lumière LED haute efficacité

Une source de lumière LED offre des performances supérieures à celles d’une lampe au tungstène. Les LED ont un rendement lumineux beaucoup plus élevé, fournissant plus de lumière tout en consommant moins d’énergie. Ils produisent également très peu de chaleur, ce qui pourrait autrement affecter les composants optiques et la stabilité électronique. Les LED sont disponibles dans un large éventail de longueurs d’onde, alors que les lampes au tungstène sont supposées être de la lumière blanche (toutes les longueurs d’onde de la lumière visible), mais ont en réalité une faible sortie de lumière bleue / violette.

Filtres d’interférence à bande étroite de haute qualité

Les filtres interférentiels à bande étroite garantissent non seulement une plus grande précision de la longueur d’onde (+/- 1 nm), mais sont également extrêmement efficaces. Les filtres utilisés permettent de transmettre jusqu’à 95% de la lumière de la LED par rapport à d’autres filtres efficaces à 75%. L’efficacité supérieure permet une source lumineuse plus lumineuse et plus puissante. Le résultat final est une plus grande stabilité de mesure et moins d’erreur de longueur d’onde.

Détecteur de référence pour une source de lumière stable

Un séparateur de faisceau est utilisé dans le cadre du système de référence interne du photomètre HI-83300. Le détecteur de référence compense toute dérive due aux fluctuations de puissance ou aux changements de température ambiante. Vous pouvez désormais compter sur une source de lumière stable entre la mesure de votre blanc (zéro) et la mesure de votre échantillon.

Grande taille de cuvette

La cuve d’échantillonnage du HI-83308 s’adapte à une cuve ronde en verre d’une longueur de trajet de 25 mm. Outre les composants optiques avancés, la taille plus grande de la cuvette réduit considérablement les erreurs de rotation dues à la marque d’indexation des cuvettes. Le trajet relativement long de la cuvette à échantillon permet à la lumière de traverser une plus grande partie de la solution échantillon, garantissant des mesures précises même dans des échantillons à faible absorbance.

Lentille de focalisation pour un meilleur rendement lumineux

L’ajout d’une lentille de focalisation au chemin optique permet de collecter toute la lumière sortant de la cuvette et de focaliser la lumière sur le photodétecteur au silicium. L’ajout d’une lentille de focalisation au chemin optique permet de collecter toute la lumière sortant de la cuvette et de focaliser la lumière sur le photodétecteur au silicium.

Lysimètre d’aspiration HI83900

-Pour la surveillance du sol au niveau des racines

-Le compagnon idéal du HI83325

-Surveiller les nutriments du sol aux racines

Le lysimètre d’aspiration HI83900 est construit avec un capuchon en céramique poreux connecté à un tube transparent d’extraction de solution de sol. Un capillaire en caoutchouc est inséré dans le tube passant à travers un capuchon en caoutchouc et atteignant la pointe en céramique.

Le lysimètre de la série HI83900 est un outil idéal pour collecter des échantillons de solution de sol, puis effectuer une analyse chimique quantitative. De cette manière, l’opérateur peut facilement surveiller le niveau de nutriments tels que l’ammoniac, le nitrate, le phosphore, le potassium, le sulfate, le calcium et le magnésium.

La pointe en céramique du lysimètre peut être utilisée dans tous les types de sols. Il est fait d’un matériau fritté qui ne réagit pas avec les nutriments du sol.

Par conséquent, la solution de sol collectée n’est pas affectée par la composition chimique du bouchon en céramique, ce qui permet des tests précis et fiables.

Le HI83900 permet l’extraction d’une solution du sol en créant un vide à l’intérieur du tube de l’échantillonneur, qui dépasse la tension de l’eau du sol. Ceci établira un gradient hydraulique pour que la solution s’écoule à travers le capuchon en céramique poreuse et dans le tube du lysimètre. En règle générale, un vide d’environ -60 cb (centibar) doit être établi.

Pour un meilleur suivi de la composition de la solution du sol pendant toute la période de croissance d’une culture, au moins deux lysimètres doivent être installés dans la zone racinaire d’une plante représentative, sur la partie supérieure et un dans la partie inférieure de la zone racinaire.

Pour une meilleure précision et répétabilité des mesures, il est recommandé de reproduire les installations dans au moins deux emplacements supplémentaires.

Spectrophotomètre HI801

L’Iris HI-801 est un spectrophotomètre élégant et intuitif qui permet de mesurer toutes les longueurs d’onde de la lumière visible.

Personnalisez vos méthodes, prenez une large gamme de mesures et soyez confiant dans la précision de vos tests avec l’iris.

Iiris propose une sélection précise de longueurs d’onde entre 340 nm et 900 nm pour une conformité et une précision complètes de la méthode, nécessaires dans des industries telles que les laboratoires professionnels, les installations de traitement de l’eau, les établissements vinicoles, etc.

Les résultats sont cohérents et précis quel que soit le débit avec le système optique de haute qualité et de conception unique.

Les options de personnalisation incluent plusieurs formes et tailles de cuvettes, des courbes d’étalonnage personnalisées et des méthodes.

L’Iris HI-801 est un spectrophotomètre élégant et intuitif qui permet de mesurer toutes les longueurs d’onde de la lumière visible.

Personnalisez vos méthodes, prenez une large gamme de mesures et soyez confiant dans la précision de vos tests avec l’iris.

Iiris propose une sélection précise de longueurs d’onde entre 340 nm et 900 nm pour une conformité et une précision complètes de la méthode, nécessaires dans des industries telles que les laboratoires professionnels, les installations de traitement de l’eau, les établissements vinicoles, etc.

Les résultats sont cohérents et précis quel que soit le débit avec le système optique de haute qualité et de conception unique.

Les options de personnalisation incluent plusieurs formes et tailles de cuvettes, des courbes d’étalonnage personnalisées et des méthodes.

Pas besoin de conversions de mesure

Que vous testiez le chlore ou que vous exécutiez des analyses enzymatiques, notre spectrophotomètre affichera facilement les résultats dans les unités qui comptent le plus pour vous. l’iris peut mesurer la transmittance, l’absorbance et la concentration en fonction de vos besoins

Méthodes préprogrammées avec possibilité d’extension

iris est préprogrammé avec plus de 80 méthodes d’analyse chimique couramment utilisées pour vous aider à démarrer. Mettez simplement à jour ces méthodes en vous connectant à un ordinateur ou à un lecteur flash.

Personnalisez votre iris avec jusqu’à 100 méthodes personnelles. iris vous guidera pas à pas tout au long du processus de création de méthode. Pour plus de polyvalence, chaque méthode peut inclure jusqu’à 10 points d’étalonnage, cinq longueurs d’onde différentes et jusqu’à cinq minuteries de réaction.

Accédez facilement à vos méthodes préférées directement depuis l’écran d’accueil pour gagner du temps.

Les minuteries intégrées rendent la mesure transparente. Le compte à rebours affiche le temps restant jusqu’à ce qu’une mesure soit prise, garantissant des résultats cohérents entre les mesures et les utilisateurs. Si vous êtes bloqué, le mode tutoriel vous guidera à travers les étapes.

Conçu pour les environnements dynamiques

Le profil compact et la batterie longue durée d’iris facilitent l’installation n’importe où dans votre laboratoire. La batterie lithium-ion rechargeable dure 3 000 mesures, soit 8 heures, soit bien plus d’une journée complète d’utilisation sur le terrain.

Des données de qualité sans tracas

Exportez vos résultats avec une clé USB ou une liaison PC directe organisée par ID d’échantillon, méthode ou plage de dates. Enregistrez les données au format .pdf ou .csv pour une intégrité ou une flexibilité maximale des données – le tout sans utiliser de logiciel spécialisé.

Triez et partagez vos données

Enregistrez les données au format .pdf ou .csv pour une intégrité ou une flexibilité maximale des données. Ayez la liberté de choisir le format de fichier qui vous convient le mieux.

Navigation dans les menus qui a du sens

Naviguez rapidement entre les écrans avec des touches personnalisées et accédez à vos méthodes préférées directement depuis l’écran d’accueil avec notre fonction «méthodes préférées».

Toutes vos informations importantes sont facilement visibles

Avec un écran de 6 pouces, l’écran est grand et facile à lire. Le contraste élevé fait que chaque caractère de l’écran se démarque même lors d’une utilisation en extérieur. Le grand angle de vision permet de voir les mesures de loin, donc lorsque vous travaillez dans le laboratoire, il n’est pas nécessaire de survoler le compteur pour voir les mesures.

Résistance nulle avec un pavé tactile capacitif

Les boutons de menu font partie de l’affichage. Conçu pour être entièrement scellé et facile à nettoyer, le compteur reconnaît les touches même à travers des gants.

Changez facilement la taille de l’échantillon

Avec son porte-cuve universel et sa fonction de reconnaissance automatique, les tailles de cuve peuvent être modifiées en cas de besoin. La taille de cuvette programmée sera affichée à l’écran à chaque fois que vous testez pour vous assurer que la longueur de trajet appropriée est utilisée par le compteur lors du calcul des mesures pour obtenir des résultats corrects.

Testeurs de poche

Les Mini Photomètres de Hanna sont de petits photomètres portables qui offrent une précision de résultat supérieure à celle des kits de test chimique classiques.

Disponible en 34 modèles offrant des tests de paramètres dédiés, chaque modèle de la gamme offre aux utilisateurs une technologie numérique améliorée dans un design compact avec des instructions faciles à suivre pour une mesure rapide et sans tracas.

Quatre étapes. Un clic. Lecture instantanée.

  1. Zéro ’le Checker®HC avec votre flacon et l’échantillon d’eau à l’intérieur
  2. Retirez le flacon et ajoutez votre réactif
  3. Placez votre flacon dans votre Checker®HC
  4. Appuyez sur le bouton et lisez les résultats